Sur Le Chemin


Pour se retrouver sur le chemin des dites  » 田舎  » ( prononcé inaka qui signifie campagne ), nous nous sommes téléportés dans la région de Kyushu. Cette région se situe au sud, elle est celle qui s’avère être la moins visitée par les occidentaux d’après les locaux.

Nous nous sommes donc installés quelques temps à Beppu, la ville des sources d’eau chaudes. Quel plaisir que de se prélasser ainsi que se détendre sans réelle limite de temps grâce à ce que la terre nous offre combiné à l’ingéniosité humaine et ce pour la maudite somme de 100 yens. Alors tu me diras  » mais c’est quoi 100 yens ?  » et je te répondrais que ça ne fait même pas un euro. Si il y a bien un truc de pas cher au japon, c’est bel et bien les onsens même si tout cela dépend d’ou tu décides d’aller.

Onsen qui avoisine les 100 degrés

Des petits bains de pieds sont même disséminés un peu partout, rien de plus agréable pour se détendre lorsque qu’on fait de la marche et qu’il fait froit

Un peu de souffre par ci

Quelques paysagistes par là

Il faut savoir que certains japonais n’ont pas de salle d’eau chez eux, certains d’entre eux s’avèrent même surpris à l’idée que chez nous, les français, nous puissions avoir une baignoire ainsi qu’une douche simplement pour une famille comprenant enfant et parents. Je tiens à souligner ce point, il est fort commun au japon que les maisons soient habitées par les parents, les enfants des parents ainsi que les enfants des parents des parents, tu l’auras compris, plusieurs générations sous le même toit.

Après avoir vécu en mode  » tokyoïte  » durant plusieurs semaines, quel plaisir que d’entendre le bruit du vent souffler dans les arbres, observer la vie qui a son propre rythme, un rythme apaisant ainsi que mélodique. Surfant sur les flocons de neiges flottant dans le ciel, cette mélodie réveilla alors un petit syndrome de Peter Pan. Pourquoi ne pas manger de la neige radio active? Moi je trouvais ça marrant.

Si par tout hasard tu te rends un jour dans cette petite ville car oui, c’est encore une ville, une jolie petite ville, et qu’il t’arrives soudainement d’avoir une petite dalle j’aurais alors un super restaurant de gyozas à t’indiquer. Il est petit, environs 7 places et pas de carte pour commander. Eh non la gérante, cuisinière, serveuse n’a qu’un seul plat au choix. Un vrai régal, je ne saurais le décrire.

C’est également à Beppu que nous avons rencontrés un super Gilbert, un super Gilbert c’est un mix entre le Canada le Mexique et pleins d’autres nationalités qu’on ne sait plus trop. C’est aussi très bavard mais très instructif, drôle et bizarre heureusement sinon il serait barbant. En somme, nous ne pouvons que te souhaiter d’en rencontrer un toi aussi.

Nous nous sommes alors éloignés de Beppu, en musique…

Si toi aussi tu rêves de voyage ou même que tu as déjà voyagé, peut être as-tu eu vent du  » permis international  ». Enfin approximativement international, merci administration française car ce dernier ne m’est d’aucune utilité au Japon car il ne fonctionne pas. Bonne surprise quand tu te retrouve à Bungo ono et que ton tree shape house se trouve à mille lieux d’un arrêt de bus. Fort heureusement nous avons rencontrés Yuuki. Étant du coin, il nous a fait découvrir des lieux puissants et charmants tel qu’une magnifique cascade mais aussi un grand buddha caché dans la cambrousse. Il nous a également fait gouter au sake du coin dont l’eau qui sert à sa conception provient du courant d’eau qui alimente la cascade ainsi que les rizières environnantes.

Afin de se déplacer plus librement, nous avons commandé le JR pass. Les transports étant excessive ment cher c’était le meilleur plan qui puisse s’offrir à nous. Nous sommes alors montés à bord du shinkansen, un train qui atteint sa vitesse maximum d’environs 220 km par heure pour arriver à Kagoshima. C’est une ville assez imposante d’où l’on peut observer un volcan encore en activité, aucune inquiétude, seulement de la fumée s’en échappe. On a donc mit les pieds dans la green guest house, un lieux un peu hippie sur les bords où l’odeur de l’encens t’enivre et t’installe dans un petit cocon fort sympathique.

Ce fut donc notre dernière halte avant de découvrir un petit bout de terre dont l’énergie s’en émanant fut envoutante, magique: Yakushima.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *